mardi 2 janvier 2018

Radical Playground





Après le collectif Touché-Coulé et ses formes colorées, c'est au tour du collectif Radical Playground de venir envahir les murs du quartier Petite Senne, avec cette fois-ci des collages ludiques de personnages petits et grands transformant la ville en un terrain de jeu.






dimanche 18 juin 2017

Touché-Coulé


Ce printemps, c'est le collectif Touché-Coulé qui est intervenu dans notre quartier, parasitant ses murs de formes géométriques colorées, modifiant par petites touches incongrues notre perception de l'espace urbain de Molenbeek.





jeudi 19 janvier 2017

The Big Molenbeek Show




On a vu apparaître dans le quartier cet hiver des visages hilares (ci-dessus la rue des mariniers, ci-après le long du canal), qui semblent se délecter du grand spectacle que les médias ont fait de Molenbeek après les attentats. On pourrait croire que ces Molenbeekois se marrent devant le cirque médiatique qu'on leur a servi, avec ironie... et en 3D.

Cette affichage sauvage, nous l'avouons, ne nous est pas entièrement étranger, puisque nous développerons ce projet par la suite pendant l'année 2017, en affichant de grandes faces Molenbeekoises tout le long du canal et sur les murs alentours, en partenariat avec la commune et les autres associations du quartier.






dimanche 10 avril 2016

Ateliers Street Art sur le parvis Saint-Jean-Baptiste de Molenbeek

 Autre Chose Asbl a organisé dans son quartier une série d'ateliers autour du graffiti et de l'espace public, pour la Compagnie des Nouveaux Disparus qui était venue installer son chapiteau et ses roulottes sur le parvis Saint-Jean-Baptiste pendant les vacances de Pâques. Entre deux pièces de théâtre populaire et engagé, une équipe d'artistes (dont une moitié d'habitants du Cheval Noir) ont invité le public a réaliser une fresque avec eux, en utilisant sprays, peinture, pochoirs, écriture et photographie.








Merci à Sarah et la Compagnie des Nouveaux Disparus pour leur invitation !

mardi 19 mai 2015

Ceci n'est pas un tag


Décidément, il semble que chaque printemps voit apparaître de nouvelles interventions artistiques dans la rue du Cheval Noir... Après les plantes grimpantes, la fresque participative des Mariniers, et les exactions colorées d'Obêtre (et dans l'esprit qui caractérise sa citation de Banksy : "imaginez une ville remplie de graffitis..."), voici qu'apparaissent en ce moment des inscriptions sur les murs du quartier...



Cette fois-ci des mots, des couleurs, des faux panneaux d'indication et d'autres subterfuges discrets (et moins discrets...) viennent interroger les rapports entre art et espace public, entre l'habitant et la ville.